Flash Info :
NOUVEAUTE: L'ŒIL POUR LE DIRE ÉVOLUE POUR MIEUX VOUS INFORMER AVEC UNE NOUVELLE ÉQUIPE ET DE NOMBREUSES AUTRES NOUVEAUTÉS À VENIR POUR TOUJOURS PLUS D'INFORMATION EN 2018
Rédaction LPLD.fr

Rédaction LPLD.fr

L'œil Pour Le Dire

L’affaire défraie la chronique depuis plus d’un an. Samuel Mayol, le directeur de l’IUT Saint-Denis, affirme être l’objet de menaces de mort et d’agressions depuis qu’il a mis un terme aux activités d’une association d’étudiants accusée de prosélytisme religieux, de ventes de sandwichs halal au sein de l’IUT. Il affirme également que ces menaces et agressions seraient dues au renvoi de Rachid Zouhhad, responsable de l’un des départements de l’IUT en raison de pratiques communautaristes, sexistes, d’emplois fictifs et d’un détournement de fonds de près de 200 000 euros. Les dénonciations de Samuel Mayol ont été reprises dans un rapport d’inspection et par les plus grands médias. L’affaire s’est encore corsée avec l’apparition récente de menaces qui visent cette fois-ci ses collaborateurs proches.

Rachid Zouhhad nie depuis le début de cette affaire ces accusations et dénonce un rapport de l’inspection « partial et truffé de préjugés ». Sa position vient d’être confirmée par les déclarations de Jean-Loup Salzmann, le Président de l’Université Paris 13 dont relève l’IUT Saint-Denis et l’annonce par le Ministère d’une nouvelle mission de l’inspection en septembre 2015.

Peu écouté et encore moins entendu par la presse nationale qui a pris fait et cause pour Samuel Mayol, Rachid Zouhhad revient pour la première sur l’ensemble de ces événements, notamment sa mise en garde à vue, son renvoi au disciplinaire et sur les faits tels qu’ils ont été présentés par la presse et Samuel Mayol. Il nous donne sa version et sa vérité, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle remet en cause sérieusement la version de Samuel Mayol en mettant en lumière plusieurs faits passés sous silence.

Votre site d'information LPLD.fr vous donne rendez-vous la dernière semaine d'août pour découvrir l'interview vérité...

Une autre anecdote me revient, qui reflète parfaitement l’état d’esprit dans lequel nous nous trouvons dans la police. Cet état d’esprit qui nous donne l’impression de nous démener sans cesse, de risquer nos vies, pour arrêter des délinquants qui ont tous les droits.

Un soir de juin 2010, notre équipe est appelée pour intervenir dans une boîte de nuit. À l’entrée, un homme trop alcoolisé refuse de partir et devient agressif envers les videurs et les clients qui attendent dehors. Nous arrivons rapidement et montons l’escalier, assez haut, qui mène à l’entrée de l’établissement. Devant la porte, l’homme, un maghrébin d’une trentaine d’années, se tient face aux videurs et les insulte sans ménagement. Les videurs, eux, habitués et formés pour éviter tant que possible l’altercation, ont pris l’habitude de nous appeler immédiatement.

2014 © LPLD - L'Œil Pour Le Dire | Tous droits réservés