Flash Info :
NOUVEAUTE: L'ŒIL POUR LE DIRE ÉVOLUE POUR MIEUX VOUS INFORMER AVEC UNE NOUVELLE ÉQUIPE ET DE NOMBREUSES AUTRES NOUVEAUTÉS À VENIR POUR TOUJOURS PLUS D'INFORMATION EN 2018


DEBAT POLITIQUE ET FRONT NATIONAL

11 JANVIER 2015 DANS LES RUES DE PARIS LORS DE LA MANIFESTATION RÉPUBLICAINE POUR LA LIBERTÉ D'EXPRESSION :  QU'IL EST BIEN LOIN LE TEMPS DE L'UNITÉ NATIONALE À L'AUBE DU SECOND TOUR DES DÉPARTEMENTALES! (Crédits : D.R.) 11 JANVIER 2015 DANS LES RUES DE PARIS LORS DE LA MANIFESTATION RÉPUBLICAINE POUR LA LIBERTÉ D'EXPRESSION : QU'IL EST BIEN LOIN LE TEMPS DE L'UNITÉ NATIONALE À L'AUBE DU SECOND TOUR DES DÉPARTEMENTALES! (Crédits : D.R.)

Dans cette période difficile économiquement, on voit tristement ressurgir le spectre de l’extrémisme comme désormais à chaque élection. Comme il y a plus de 80 ans, lorsqu'un petit parti promettait du travail et du beurre, nous avons nos loups qui crient au travail et à l’argent du beurre.

L'antisémitisme d’hier a été complété et largement remplacé par l'islamophobie et le racisme en tous genre envers les français d'origines étrangères comme les arabes, mais également les noirs africains, les "roms", les gays... Bref tous les citoyens qui composent la France version 2015 et qui ne sont pas de souche gauloise aux mœurs bien comme il faut! Rien n’a changé en vérité.

Les médias pointent bien de temps à autre les dérapages verbaux des uns et des autres, mais cela ne semble plus choquer quiconque aujourd'hui. La banalisation joue son rôle à plein!
Pourtant la montée du Front National ne date pas d’hier! Elle a accompagné la lente descente aux enfers de l’économie de notre pays, et le problème a toujours été repoussé du bout du pied. Maintenant que le "problème" devient une force politique capable d’avoir des élus, il semble que l’on ne sache plus comment le traiter. Surtout que bon nombre d’idées sont partagées à demi-mots par une grande majorité à qui l’on a oublié d’expliquer les dangers de telles dérives. Que dis-je : à demi-mots! Le vote de contestation de dimanche dernier est un large vote d’adhésion et plus personne n’a honte d’afficher ses idées, même les plus repoussantes.

Pire, des arguments permettent même de justifier l'injustifiable, mais toujours sous couvert, soit du bon sens, soit, et c’est nouveau, sous l’égide de la laïcité et de l'égalité. Ces notions sont ainsi dévoyées et la fraternité chère à notre république reste la grande oubliée de notre histoire de France contemporaine.

Depuis combien de temps le racisme ordinaire sévit dans nos contrées? Que ce soient dans les villages reculés où dans les grandes villes où la peur du « rom » qui va venir nous dévaliser ou de jeunes d'origines maghrébine, qui trafiquent et brulent les voitures, ont été remplacés par l’image du terrorisme islamique, que les médias nous resservent à longueur de journée (enfin lorsqu’aucun accident ferroviaire ou aérien ne prend le pas sur l'actualité, tel le spectacle permanent des chaines d'info continue depuis quelques jours). A force d’amalgame, la terreur est entrée dans notre quotidien, persuadés que nous sommes, que l’ensemble de la communauté musulmane est liée à la terreur ambiante, comme a pu oser le proférer, récemment, sur les jeunes, issus de l'immigration, des banlieues, le président du Crif, Roger Cukierman.
Force est de constater que l’école de Jules Ferry ne propose plus les mêmes chances en fonction du milieu d’origine. Oui j'ai pu le constater à maintes reprise, l'école ne pratiquant que peu la mixité sociale, et ne sachant pas traiter la montée de la violence qui apparaît même chez les plus jeunes, notre cher "vivre ensemble" est en péril. Car depuis quand les termes de « Nègres » ou de « Bougnouls » sont-ils devenus anodins à l'école Primaire à tel point qu'ils embarrassent les enseignants quant à la réponse à apporter? Car oui, aucun ne semble savoir s’il faut punir les enfants ou les parents inculquant ce type de comportement, voire d'éducation à leurs progénitures. Evoquons enfin toutes les injustices quotidiennes que peut subir une large partie de la population à travers des sobriquets, des vexations lors de contrôle de police, lors de passage en caisse de supermarché ou simplement dans la rue, subissant l’excès de colère de nos concitoyens qui utilisent le racisme ordinaire, comme exutoire...de leur névroses. Seuls ceux qui le vivent peuvent se reconnaître. Tous en souffrent, mais que fait-on peur eux? Rien, on laisse faire et voilà comment le FN se retrouve à plus de 30 % dans certaines villes de France en 2015.
Lorsque je suis allée assister au dépouillement de mon canton, pour le premier tour des départementales dimanche, j’ai constaté que seule la candidate du Front National saluait les gens. Les candidats PS et UMP étaient trop angoissés pour s’intéresser aux quidams présents dans le bureau de vote. Entourés de leurs affidés, ils scrutaient fiévreusement l’écran, affichant les résultats au fur et à mesure. Et ce qui devait arriver arriva, sur cette terre de gauche depuis 54 ans! Le PS qui ne veut plus dire son nom, en s’autoproclamant "majorité départementale" est arrivé en tête avec seulement 43 petites voix d’avance sur le FN. Quelle victoire ! Et comme ils étaient fiers ! Mais de quoi? D’être encore là tout simplement, et d’espérer encore pouvoir toucher leurs indemnités pendant quelques années encore...
Le constat est là, simple, triste, affligeant: nos politiques sont désormais une espèce en complet décalage avec les réalités de notre société et de son quotidien.
Ce n’est pas en refusant d’affronter les problèmes qu’ils se résoudront! C'est toute notre classe politique républicaine qui doit réagir avant de faire partie d'une espèce, certes, mais en voie d'extinction...celle-là!

Rabia Moukhlesse

Artiste plasticienne, militante pour le droit des femmes et citoyenne engagée.

Connectez-vous pour commenter
2014 © LPLD - L'Œil Pour Le Dire | Tous droits réservés