Flash Info :
NOUVEAUTE: L'ŒIL POUR LE DIRE ÉVOLUE POUR MIEUX VOUS INFORMER AVEC UNE NOUVELLE ÉQUIPE ET DE NOMBREUSES AUTRES NOUVEAUTÉS À VENIR POUR TOUJOURS PLUS D'INFORMATION EN 2018


LE HALAL, LA REPUBLIQUE ET LA LAÏCITE FONT-ILS BON MENAGE ?

Magasin Halal dans la région parisienne (Crédits : D.R.) Magasin Halal dans la région parisienne (Crédits : D.R.)

Deux mois depuis, les attentats parisiens, que nous reste-t-il de cette ferveur unanime? Pas grand choses semble-t-il, si ce n'est celle de nos politiques qui tentent, tous bords confondus, de faire perdurer la petite flamme de "l'unité", encline à se faire la belle pour de bon, au moindre courant d'air! À l'heure des remises en question, les règlements de compte font rage! Les communautés s'affrontent de plus belle, avec chacune leurs petites phrases assassines, leurs vérités, leurs griefs entérinés. Le radicalisme s'opère chirurgicalement et pourrait, si l'incompréhension demeure, faire de larges cicatrices indélébiles. À l'aube des élections départementales, le front nationale compte les points et les pseudos partis républicains ne cessent de lui faire de la publicité gratuite par l'entremise de trop nombreux médias! Alors que dire d'un tel sujet de discorde que représente le halal dans la conjoncture que vit notre pays depuis plusieurs années? Critiqué par Marine le Pen, qui assénait sans vergogne dès 2010 ; "que chaque français mangeait à son insu de la viande halal, intolérable dans un pays laïc!",  brocardé par Nicolas Sarkozy qui estimait à son tour en 2012, lors de la "droitisation" de sa campagne présidentielle, que ce sujet demeurait "la principale inquiétude des français"... On ne compte plus les fantasmes, les critiques, les craintes entourant la consommation du halal dans notre pays! Qu'à cela ne tienne, Lotfi Bel Hadj décide de tordre le cou aux sempiternelles contre vérités sur ce sujet sensible et au combien polémique. Dans son livre intitulé "La Bible du Halal", l'entrepreneur (économiste de formation) français d'origine tunisienne, tente de dédramatiser la situation en répondant point par point à tous les détracteurs du halal, bousculant ainsi les tabous sur un secteur d'activité en plein essor, totalement méconnu du grand public. Bien documenté, avec de nombreux chiffres démontrant, l'atout économique indéniable de ce secteur d'activité en ces temps de crise, cette ouvrage didactique, bousculant les idées reçues est à "consommer" sans modération!

Cédrik Viala

Dessin humoristique de Baudry pour Rue89 en Mars 2012 suite aux propos de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle. Dessin humoristique pour Rue89 en Mars 2012 suite aux propos de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle. (Crédits : Baudry)

 

Interview Lotfi Bel Hadj : "On peut parler aujourd’hui, d’une halal attitude qui s’affirme avec fierté chez les jeunes français musulmans..."

Propos recueillis par Cédrik Viala


LPLD.fr : Votre livre paraît en pleine crise de l’islam en France, au lendemain des attentats, quel message voudriez vous faire passer dans ce contexte plus que tendu entre les communautés ?

Lotfi Bel Hadj : J’estime que le contexte est tendu, certes, mais que nous n’avons jamais été aussi près les uns des autres. Ce que nous ressentons comme une tension représente pour moi les prémices d’une évolution normale d'une société multiculturelle comme la France. L’histoire est avant tout conflictuelle et les évolutions ne se font jamais facilement. Ce que vous appelez "communauté" est restrictif à mon sens, car une communauté ne se construit pas exclusivement autour de l’origine ethnique ou d’une religion, mais autour d’intérêts partagés! Pour moi, l’intérêt primordial des français est le sentiment d’appartenance à notre nation unique et à bien des égards exceptionnelle. Si j’ai un message à faire passer, c’est que nous devons savoir raison garder et essayer d’accompagner l’évolution de notre temps avec intelligence.

"...On tente de ramener l'islamité de ces Français au niveau de la volonté, non pas des racistes, mais de ces nouveaux racialistes qui s'expriment sans retenue!"

LPLD.fr : Que retenez-vous des évènements tragiques qui ont touché notre pays au mois de janvier dernier?

LBH : S'il y a une chose à retenir de ce début d'année 2015, c'est que les événements de janvier, la situation au Moyen-Orient et les débats entourant l'Islam, démontrent qu'en France les musulmans sont les Français de trop et sous prétexte de laïcité, on tente de ramener l'islamité de ces Français au niveau de la volonté, non pas des racistes, mais de ces nouveaux racialistes qui s'expriment sans retenue!


LPLD.fr : Le titre de votre livre est est assez perturbant et peut être mal interprété par certains, pourquoi avoir choisi de juxtaposer les mots bible et halal, par provocation ou par pur calcul marketing?

LBH : Ce n’est ni par provocation, ni par calcul. L’oxymore est un procédé rhétorique qui permet de mettre à jour la proximité derrière les apparentes contradictions. Je reste convaincu qu’opposer les religions n’a aucun sens et que celles-ci, pour les croyants tout du moins, sont autant de ponts entre les civilisations que nous devons chercher à renforcer.


LPLD.fr :
Pourquoi avoir décidé d’écrire un tel livre, quelles sont vos motivations?

LBH : Je me suis intéressé au sujet depuis quelques temps déjà, le halal faisant partie de mes habitudes alimentaires. Et lorsque j’ai vu quel traitement il en était fait par les hommes politiques, quelles interprétations il en était donné, et surtout combien le concept était instrumentalisé, je n’ai pu garder le silence plus longtemps. Cet élément constitutif de l’Islam, comme le casher pour nos concitoyens juifs, est depuis bien trop longtemps malmené et a donné lieu à tellement de fantasmes, que je me devais d’en parler. Il est important aujourd’hui de dédramatiser ces notions et de donner du sens au delà des mots au "vivre-ensemble".

"On peut parler aujourd’hui, d’une halal attitude qui s’affirme avec fierté chez les jeunes français musulmans..."

LPLD.fr : Pouvez-vous nous rappeler ce que signifie à l’origine le terme halal dans le Coran et quels produits de consommation concerne-t-il en 2015 en France ?

LBH : Le halal dépasse le strict champ alimentaire ou des produits de consommation et concerne, au-delà de la nourriture, tous nos actes du quotidien. On oppose en ce sens halal et haram, licite et illicite. Le halal est un mode de vie qui se soumet aux recommandations coraniques et s’inspire des actes et des paroles du prophète de l'Islam. Rapportée à l’alimentation, la qualité halal des aliments est définie autour du respect de certaines règles : ne pas manger d’animaux morts avant le sacrifice, ne consommer que des viandes issues d’animaux sacrifiés, selon les préceptes islamiques. Mais le halal ne se limite pas au sacrifice animal, il concerne d’autres activités et tend à être plus global, dans de nombreuses autres sphères de la vie quotidienne. On peut ainsi parler aujourd’hui, d’une halal attitude qui s’affirme avec fierté chez les jeunes français musulmans, comme elle s’affirme dans un autre registre avec exaltation également, chez les jeunes évangélistes américains qui revendiquent la virginité avant le mariage.


LPLD.fr : Que répondez-vous à ceux qui avancent que l’appellation halal est à la fois un outil marketing pour ravir des marchés et un outil politique destiné à islamiser le monde ? 


LBH : Je leur répondrais que les marchés sont ravis de ce concept à forte valeur ajoutée, et qu’à ce jour, cette notion a davantage été utilisée par les grands groupes industriels pour se positionner sur des marchés porteurs que par des djihadistes pour convertir le monde. Si aujourd’hui le halal représente des milliards de chiffre d’affaires en France, la part des labellisateurs est bien légère. Si l’argent du halal était destiné à l’islamisation de la France, les instigateurs de cette islamisation devraient être les grands groupes français comme l’Oréal, Nestlé, Doux ou autre Labeyrie, pour ne citer qu'eux.


LPLD.fr : Comprenez-vous que le rituel imposé par le halal, qui stipule de ne pas étourdir la bête avant de l’égorger, puisse horrifier de nombreux français qui ne sont d’ailleurs pas tous d’irréductibles écolos ?

LBH : Je le comprends tout à fait bien sûr, mais il faudrait que ces personnes aillent faire un petit tour dans des abattoirs non halal, elles seraient très surprises. Les prescriptions coraniques sont claires pour ce qui est du respect de l'animal lors de son sacrifice, et les horreurs colportées injustement sur le halal sont inexactes! Parce que le Halal peut être détourné pour des raisons industrielles, par des défaillances humaines ou pour des soucis de rentabilité d'où l'importance de reguler le marché. Il faut savoir que le halal est un degré supplémentaire, voire supérieur de qualité. Mais il est de tradition française de débattre de tout et sur tout, comme on peut le faire pour le traitement inhumain des canards (gavage) pour le commerce du foie gras! Débattons donc réellement sur les sujets, et non pas avec des arrières pensées islamophobes, comme c'est souvent le cas.


LPLD.fr : Le halal concernant la viande, tous le monde voit de quoi il s’agit, mais dans les cosmétiques, les aliments basiques, les boissons et autres médicaments, expliquez nous précisément, par exemple, ce qui différencie un médicament ou une boisson halal d'un produits identique non halal?

LBH : Pour ce qui des cosmétiques, le champion du monde français que représente L'Oréal conçoit des teintures pour cheveux sans alcool et du maquillage sans graisse animal pour rester leader sur le marché asiatique. Il en est de même pour les sodas ou Coca Cola, par exemple, qui contient de l'alcool comme l'avait dénoncé il y a plusieurs années Tawfik Mathlouti, le fondateur de Mecca Cola!


LPLD.fr : Une boisson alcoolisée halal serait-est-elle envisageable dans l'avenir ou totalement antinomique avec l'islam?

LBH : Non je pense que l'alcool ne sera pas halal dans l'immédiat, mais le débat existe dans plusieurs pays notamment sur sa licéité avec l'Islam.


LPLD.fr : Quel est actuellement le ou (les) pays qui a (ont) le leadership du business du halal dans le monde?

LBH : Actuellement, du fait du nombre de sa population d'un Milliard et quatre cents millions d'habitants, c'est le continent asiatique qui est le mieux positionné sur le marché de la certification du halal. La Malaisie a sans aucun doute le leadership sur le secteur, et l'Indonésie suit de près. Mais ce sont les pays producteurs de produits carnés comme l'Argentine, l'Australie, le Brésil ou encore la Nouvelle-Zélande qui, en volume, ont la mainmise sur le marché du halal.


LPLD.fr : Les pays du Maghreb, sont-ils en pointe sur ce marché?

LBH : Le Maroc a pris de l'avance sur le halal pour l'Afrique du Nord, car il s'y intéresse depuis 2012. Les Algériens quant à eux se sont positionnés en 2014. La Tunisie reste en revanche très en retard sur ce secteur économique, et semble ne pas avoir pris la mesure de ce marché au combien porteur.


LPLD.fr : Quels sont les produits phares qui rapportent le plus en France et dans d'autres pays? 


LBH : Sans aucun doute les produits carnés. Ils forment l'essentiel du marché, que ce soit sous leur forme initiale ou bien transformés. La volaille, par exemple, est un marché en forte croissance et le marché halal est très demandeur. Il reste aujourd'hui aux industriels à se mettre au diapason avec les attentes des consommateurs musulmans. La France a certainement un rôle à jouer et une place à prendre sur ce marché si elle ajoute à son savoir faire agro-alimentaire, la notion de halal.

"La plus folle de ces rumeurs est sans aucun doute le fait que le halal financerait les réseaux terroristes. C'est un non sens..."

LPLD.fr : La rumeur selon laquelle la viande consommée en France est 100% Halal est-t-elle justifiée, quel est le pourcentage réel?

LBH : Nous sommes en plein délire et manipulation politique, car selon des chiffres de la Direction générale de l’alimentation, dépendante du ministère de l’Agriculture, 30% du milliard de bêtes abattues en France le sont selon les rites musulmans et juifs, mais rapporté au tonnage, la pourcentage tombe à moins de 15%.


LPLD.fr : Quelles sont, selon vous, les rumeurs les plus folles qui persistent sur la consommation de halal en France? 


LBH : La plus folle de ces rumeurs est, sans aucun doute, le fait que le halal financerait les réseaux terroristes. C'est un non sens, quand on sait que le halal bénéficie principalement aux puissants groupes industriels et que les musulmans n'ont que la part maigre de ce marché. Un marché principalement géré par les trois mosquées qui sont agréées par le Ministère de l'Intérieur.


LPLD.fr : Notre pays ayant l’une des plus importantes communauté Magrébine d’Europe, ne pensez-vous pas que ce problème reste franco français?

LBH : Le problème est bien sûr franco français, car notre système est ainsi fait que certains se servent de notre laïcité à n'importe quelle fin. En voulant l'opposer au halal, par exemple, mais non au casher, et notre pays risque de passer de la laïcité intelligente, celle qui nous a préservé nos droits, en tant que français musulmans, à une laïcité négative, brandie par les manipulateurs pour tenter de cacher un fond de pensée frontiste.


LPLD.fr : La consommation halal provoque-t-elle le même type de débats, voire de critiques dans d’autres pays d’Europe? 


LBH : De nombreux débats ont agité la Grande Bretagne ainsi que la Suède. Ils ont été particulièrement violents là bas. Il faut bien comprendre que la question du halal représente aujourd'hui le cheval de bataille d'une extrême droite populiste dans une optique strictement électoraliste. Mettons les politiques en garde, car l'instrumentalisation des questions religieuses est une arme à double tranchant qui risque de laisser des blessures ouvertes et mettre à mal notre "vivre ensemble".

LPLD.fr : Qu’avez-vous à répondre aux nombreux détracteurs du halal en France?

LBH : Je leur dit qu'ils sont les bienvenus pour débattre et faire valoir leurs arguments, mais en aucun cas leurs revendications ne doivent être un prétexte à une expression islamophobe déguisée, ce qui est malheureusement très souvent le cas.



"Marine le Pen fait de la récupération politique, le Quick Burger en Picardie est toujours halal aujourd'hui, cinq ans après cette polémique, car c'est justement le halal qui a sauvé cette entreprise"

LPLD.fr : Le halal est devenu depuis 2010 le sujet récurrent, voire la « bête noire » du FN, au même titre que la polémique sur le port du voile et du niqab (voile intégral) dans la sphère publique. Marine le Pen en a fait l’un de ses chevaux de bataille, on se rappel du Quick halal dans le nord de la France etc, pour quelle raison selon vous ?

LBH : Marine le Pen fait de la récupération politique et le Quick Burger en Picardie (Roubaix) est toujours halal aujourd'hui cinq ans après cette polémique, car c'est justement le halal qui a sauvé cette entreprise. Madame Le Pen joue sur les émotions de ceux qui ont encore un fond raciste et leurs permet de le faire remonter à la surface sans s'exposer aux sanctions de la loi contre le racisme. Tout ça est positif en fait, cela nous permet, à nous français musulmans de voir réellement ou nous en sommes dans notre acceptation mutuelle, et de se poser la question pourquoi sommes nous "les français de trop ?". Et d'expliquer à nos compatriotes que nous n'allons pas retourner en "Musulmanie" comme certains pourraient le souhaiter, et que notre pays est bien la France, ne leur en déplaise!


LPLD.fr : "L'ensemble de la viande qui est distribuée en Ile-de-France, à l'insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal!", c’est ce qu'assurait Marine Le Pen en 2012 dans les médias. Qu’en est-il réellement aujourd’hui ?

LBH : Marine Le Pen fait la même erreur que madame Sylvie Goy-Chavent, rapporteur de la mission sénatoriale sur l'abattage rituel et la filière viande qui parlait de la remise dans le circuit commerciale "laïque " des parties arrières de l'animal que ne mangeraient pas les musulmans, alors que cette prescription concerne les juifs ! C'est vous dire d'où vient la confusion, tout le monde s'aventure sur un sujet non maîtrisé et souvent avec des postulats négatifs. Et voyez bien ici que ces attaquent s'adressent rarement au casher, car leur unique cible, ce sont les musulmans! Pour répondre au fait que des français mangeraient halal à leur insu, il faut interpeller les autorités compétentes quant à la traçabilité de ce que nous mangeons en France. Et puis franchement, pourquoi encore stigmatiser les musulmans dans cette affaire de quoi sont-ils responsables à la fin? Par ailleurs, que Madame Le Pen se rassure, je pense sincèrement qu'il vaut mieux manger halal que manger du cheval de chez Spanghero! Voilà un combat pour tous les français en somme!


LPLD.fr : Le halal dans notre république laïc, n’est-ce pas finalement quelque peu antinomique ?

LBH : La laïcité a pour fondement la liberté de conscience, celle de pouvoir pratiquer sa religion. Et que faites vous de la déclaration universelle des Droits de l'Homme qui garantie ce droit ? Le halal comme le casher trouvent tout leur sens dans la laïcité.


LPLD.fr : Derrière les problèmes religieux qu’engendre la consommation du halal en France, la réalité ne cache t- elle pas une guerre commerciale que se livrent des entreprises ayant flairé le formidable business qu’il y a à la clé ? 


LBH : Si guerre commerciale il y a et que l'État a des moyens d'intervention sur cette question, nous en appellons à la république pour mettre de l'ordre dans ce "souk".
À ma connaissance, toutes les entreprises, mosquées ou associations sont redevables de comptes vis à vis de l'État qui reste le seul garant des bonnes pratiques commerciales.


LPLD.fr : Six millions de musulmans c’est un sacré potentiel non, le business du halal rapporte combien de parts de marché actuellement en France, en Europe et dans le monde, est il en augmentation ou en stagnation?

LBH : Le halal représente un chiffre d'affaires de près de 7 milliards d'euros en France, devant celui du bio et près de 700 milliards de dollars dans le monde avec une croissance à deux chiffres par an. Cela laisse songeur, c'est une véritable opportunité pour notre pays!


LPLD.fr : Y-a-il des lobbys du halal comme ceux du tabac, présents au parlement européen à Bruxelles avec plus de 20 millions de musulmans en Europe?

LBH : Il en existe certainement ou du moins je l'espère! Mais sur ce sujet, nous faisons cause commune avec les juifs et c'est très bien car nous profitons de leur expérience.


LPLD.fr : Vous êtes d’origine tunisienne, comment se porte ce secteur d’activité, notamment depuis la révolution?

LBH : Les autorités tunisiennes aiment à plaisanter sur ce sujet. C'est la preuve de leur mauvaise approche du halal. Les tunisiens ne voient le halal que par le prisme religieux, d'où leur difficulté à aborder le sujet sérieusement, alors que la Tunisie a une légitimité historique de part la présence sur ses terres de la plus ancienne et de la plus prestigieuse Université islamique qu'est la Zitouna.


LPLD.fr : Le halal a-t-il de beaux jours devant lui selon vous ?

LBH : Bien évidement il n'y a qu'à regarder les chiffres.


LPLD.fr : Notre pays vient de subir une vague d’attentats qui a considérablement choqué les français, toute communauté confondue. L’islamophobie est depuis montée d’un cran, ne pensez-vous pas que le marché porteur du halal en France risque d’en être affecté et que les investisseurs ne se détournent du marché français et dans tous les pays où les risques d’attentats sont perceptibles ?

LBH : Bien au contraire, l'acharnement des islamophobes se retrouvera face à des français musulmans fiers de ce qu'ils sont et sans complexes. Une communauté de plus en plus revendicatrice et râleuse car nous sommes dans la pure tradition française de la contestation et nous n'avons pas à nous taire, à moins que ce vent islamophobe soit en réalité une tentative de remise en question de notre francité, car finalement ce n'est pas ça le fond du problème ?


LPLD.fr : Pour finir, que souhaitez-vous dire aux français réticents à consommer des produits halal ?

LBH : Notre pays permet à chaque citoyen de consommer ce qu'il souhaite et ce qu'il aime, donc que chacun mange ce qu'il veut, mais essayons de le faire autour de la même table...de la République.

Pour en savoir +...

Qui est Lotfi Bel Hadj ?

Né à Saint Denis, dans le département le plus stigmatiser de France, Lotfi Bel Hadj n'a pas sa langue dans sa poche et n'hésites pas dire tout haut ce que certains pense tout bas!
Président de l’Observatoire économique des banlieues, Lotfi Bel Hadj a la colère facile. Dans ses tribunes parues dans la presse, dans ses blogs et les essais qu’il a publiés, l’homme s’élève contre la politique sécuritaire du gouvernement, contre la stigmatisation des “jeunes de banlieue”, contre la discrimination à l’encontre des populations d'origine arabe...

Côté cursus professionnel, Lotfi Bel Hadj a fait fortune en prenant des participations dans différentes sociétés qui exploitent des matières premières en Afrique, telles que ATI Petroleum, entreprise spécialisée dans la recherche et l’exploration de gisements de pétrole et de gaz et d’uranium. Il a aussi crée, Alternative Carbone PLC, une société spécialisée dans la compensation carbone.

Précurseur visionnaire, Lotfi Bel Hadj a compris assez tôt que l’environnement est un secteur porteur pour les générations à venir, notamment. Il s’associe ainsi en 2010 à Emmanuel Drujon pour créer le Greenrock Funds, un fonds d’investissement domicilié au Luxembourg, dédié aux énergies renouvelables, ainsi qu'aux matières premières et aux métaux.

La rédaction

'La Bible du Halal' est en librairie depuis le 29 janvier dernier au prix de 16,95 €. "La Bible du Halal" est en librairie depuis le 29 janvier dernier au prix de 16,95 €.
Rédaction LPLD.fr

L'œil Pour Le Dire

Connectez-vous pour commenter
2014 © LPLD - L'Œil Pour Le Dire | Tous droits réservés