Flash Info :
NOUVEAUTE: L'ŒIL POUR LE DIRE ÉVOLUE POUR MIEUX VOUS INFORMER AVEC UNE NOUVELLE ÉQUIPE ET DE NOMBREUSES AUTRES NOUVEAUTÉS À VENIR POUR TOUJOURS PLUS D'INFORMATION


LE PRINCE RÊVE TOUJOURS D’ÉTERNITÉ...

LE PRINCE RÊVE TOUJOURS D’ÉTERNITÉ...

Si nous devions créer un nouveau poste politique à partir de 2016, il faudrait inventer le métier de « moralisateur politique ». Les postulants avertis, les apprentis espérant, oui, ils existent, si vous saviez! Mais en revanche, de vrais moralisateurs, si peu au grand hélas... Il faut dire que les dérives de la vie politique ont toujours existé, sauf que de ce temps, elles s’élargissent telles les nappes d’huile s’échappant des soutes éventrées des pétroliers empalés sur les rochers de l’Océan déchainé. Et pour répondre à un excellent chroniqueur du quotidien "Le Figaro", Maxime Tandonnet, ce que nous pouvons souhaiter à notre pays, c’est "qu’il retrouve le chemin de la politique, au sens noble du terme, du gouvernement de la cité, du choix d’un destin collectif".

Seulement voilà, sur le plan des pouvoirs, nous vivons une monarchie républicaine, avec Cour active, toujours dans les Palais de la République ou les châteaux de Régions. Sévissent toujours les conseillers de celui qui a remplacé les Rois de France, les Princes et Ducs, Marquis, Comtes, Vicomtes et Barons. LE PRINCE RÊVE TOUJOURS D’ÉTERNITÉ. Il en découle que tout est propice, utilisable à souhait afin durer encore et davantage sous des ors agréables, compris la compromission quasi professionnelle, l’entourloupe, le simple mensonge, le grand oubli, la forfaiture, les coups montés...

Ajoutons à cette liste non pléthorique d’autres formules, de peu glorieuses à déshonorantes et vous avez la caisse à outils de celui (plus particulièrement masculin), ou celle qui un jour se prendra les pieds dans les clefs du succès pour tomber lourdement sur le chemin qui fut de gloire et devient celui de Canossa.

Outre le fait désagréable de devoir s’agenouiller pour lever la disgrâce, non pas papale, mais celle des tribunaux ou des pairs s’ensuit la déchéance qui frappe les déchus, ainsi que le peuple qui pointe le pouce vers le bas, comme dans les arènes romaines à l’appel de l’Empereur. Rien n’a vraiment changé avec les siècles. Expier, est la règle de la chute provoquée par les travers. Tacher l’honneur de la République ou de la fonction, ce n’est pas seulement être exclu temporairement, car battu d’un scrutin. La sanction démocratique ne peut être à l’égal de la sanction judiciaire dans sa consistance politique. Ainsi, c’est faire outrage à l’intelligence populaire, que de traiter bien légèrement les situations scabreuses où se trouvent certains élus situés dans des hiérarchies quasi nobiliaires évoquées plus haut. Nous avons aujourd’hui des tableaux d’effectifs dramatiques dans certains de nos départements et provinces, mais également à Paris…Et de cela, s’en défaire désormais est devenue une nécessité plus qu'urgente. Plus de tâches, plus de roueries sous la Ve République, systèmes venus des tréfonds des 3e et 4e républiques, malades et contaminantes. Et si la loi n’en dit pas suffisamment sur les sanctions, reste le rejet des électrices et électeurs aux tours électoraux suivant les contrefaçons. Il est vrai que nul n’est parfait en ce monde public tourmenté et difficile. Mais il est dès cette année de changement une obligation d’éliminer les brebis jugées galeuses, jeunes ou moins juvéniles. Déjà certains égos surdimensionnés embrouilleront les « primaires » alors que les Français veulent UN leader, mais si par ailleurs nous voyons les « Princes » compétiteurs, de droite, de gauche ou du centre, accompagnés de bannis de leur domesticité, l’honorabilité de la politique sera failli. Être ambitieux. Certes oui, mais vouloir atteindre ses objectifs en transgressant les règles conventionnelles, relève de la manipulation ou de la folie pure. Et il est difficile de rester très longtemps un manipulateur de talent sans se faire prendre un jour, y compris par les siens.

Idem, soigner folies faites ou phobies, il n’existe pas à ce jour de prescriptions médicales permettant d'y remédier. Sauf de faire autre chose que de la politique. Pas de failli dans un noyau dur de reconquête par la droite qui entend, pour cette nouvelle année, s’honorer et se faire respecter.

Gérard Voisin

Député UMP de la première circonscription de Saône et Loire de 1993 jusqu'en 2012 (prédécesseur de Thomas Thévenoud), membre honoraire du parlement, Consultant.

Connectez-vous pour commenter

Compte à rebours des présidentielles 2017

2014 © LPLD - L'Œil Pour Le Dire | Tous droits réservés